MRJ.Presse
Views
3 years ago

Essais & Simulations n°141

  • Text
  • Ainsi
  • Solutions
  • Maintenance
  • Mesures
  • Mesure
  • Juin
  • Crise
  • Simulations
  • Simulation
  • Essais
DOSSIER : Spécial Covid-19 Comment les acteurs des essais et de la mesure font face à la crise

ACTUALITÉS le domaine

ACTUALITÉS le domaine des essais, un très fort impact a été constaté : les derniers laboratoires ont fermé début avril, en l’absence d’activité ; face aux impacts financiers, les directions réduisent fortement leurs programmes de développement. Didier Large (D.LG) : Cette crise impacte naturellement la vie de l’association, à commencer par ces événements, que ce soit en Europe ou aux États-Unis. Certains sont reportés, annulés ou transférés en séminaires en ligne, ce qui constitue une nouveauté pour Nafems ; d’autant qu’il se posera la difficulté des rendez-vous qui vont se bousculer en fin d’année. Néanmoins, nous continuons d’organiser chaque semaine des réunions de travail avec nos partenaires comme en France, avec les IRT SystemaTic et Saint-Exupéry ainsi que Renault et PSA à travers Nafems-Incose SMS Group, une initiative concrète portant sur la convergence de l’ingénierie systèmes (MBSE-Modelisation) et de la simulation. L’objectif à terme pour les deux constructeurs et de développer un standard pour le véhicule du futur, c’està-dire un véhicule à la fois autonome électrique. La crise du Covid-19 ne met donc fondamentalement pas en cause nos actions ; au contraire, nous avançons et envisageons même d’intégrer à ce projet les éditeurs de logiciels cet été. « L’agilité et la résilience vont devenir les qualités indispensables à la survie de notre filière, et cette évolution passe par une forte digitalisation de nos processus » - Daniel Leroy (ASTE) DE QUELLE NATURE SONT LEURS DIFFICULTÉS ET QUELS SONT LES CHALLENGES QU’IL LEUR FAUDRA RELEVER ? D.L. : En dehors de la gestion cruciale de la trésorerie, les enjeux sociétaux et politiques vont modifier les stratégies de nos décideurs, avec la prise en considération de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), notamment dans le volet de la production locale et de l’impact environnemental. L’agilité et la résilience vont devenir les qualités indispensables à la survie de notre filière, et cette évolution passe par une forte digitalisation de nos processus. D.LG : Ce que nous remarquons, et c'est déjà une tendance qui se profilait bien avant la crise, c'est l’intensification de nos échanges avec les acteurs du Cloud. Pour eux, le confinement permet une poussée encore plus forte notamment dans le domaine des solvers CFD, du stockage des données et de la visualisation à distance. QUELLE PLACE VONT OCCUPER LES ESSAIS ET LES MOYENS DE MESURE ? EN QUOI CES METIERS VONT-ILS JOUER UN RÔLE MAJEUR ? D.L. : Les moyens de mesures sont au cœur de l’industrie 4.0. Associés à la robotisation, ce sont eux qui permettront l’adaptabilité et la polyvalence des outils de production. C’est cette polyvalence qui peut permettre en temps de crise de réorienter rapidement les lignes de fabrication. Les essais environnementaux, qui ont pour objectif de valider la qualité et la durabilité d’un produit, vont naturellement se généraliser dans les chaînes de fabrication avec notamment les tests en fin de ligne. Dans le cas d’une politique de réindustrialisation de certaines activités stratégiques, ces métiers seront essentiels à la compétitivité et à la notoriété des produits. LA SIMULATION NUMÉRIQUE EST DÉJA EN PLEINE EXPANSION. PENSEZ-VOUS QUE CETTE CRISE VA FREINER SON DÉVELOPPEMENT OU AU CONTRAIRE LUI PERMETTRE DE SE RENFORCER ? D.L. : Cette crise va favoriser les outils distants, à commencer par les jumeaux numériques. Ces technologies promettent en effet de fluidifier et de réduire le processus de conception/ test/validation. Dans les programmes de développement multi-sites/multi-partenaires, l’association digitalisation/simulation/couplage physique peut permettre de tester en simultané des ensembles fonctionnels complets sans faire déplacer les équipes, avec un fort gain sur le coût et le temps de développement. D.LG : la crise actuelle va sans aucun doute bousculer une tendance que l’on 12 IESSAIS & SIMULATIONS • N°141 • mai - juin 2020

ACTUALITÉS souhaite se dessiner depuis plusieurs années, à savoir la gratuité des licences. En raison du confinement, beaucoup d’éditeurs font finalement ce choix dans le but de garder leurs clients. En outre, nos membres nous demandent de partager encore davantage les méthodologies et les retours d’expérience ; c’est notamment ce qui explique le retour de grands groupes au sein de l’association Nafems (à l’exemple de G&E aux États-Unis mais aussi de Renault et Valeo en France). L’objectif pour eux et de former leurs ingénieurs dans des domaines pluridisciplinaire. UN AXE PEUT ÉGALEMENT S’OUVRIR SUR L’UTILITÉ DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES. QUEL RÔLE PEUT JOUER VOTRE ASSOCIATION ? attention ! aujourd’hui, toutes nos associations sont fragilisées par l’annulation en cascade des événements. C’est pourquoi il est essentiel que nous travaillions tous ensemble, et non en concurrence sur des événements traitants du même sujet, au même moment. Cette crise sanitaire économique doit donc nous pousser à plus de collaboration afin de mieux travailler ensemble entre le monde académique (près de qui nous nous rapprochons actuellement fortement), la recherche et l’industrie, et ce à travers des événements communs. ● Propos recueillis par Olivier Guillon D.L. : Chacun de nous jouera un rôle essentiel : Nafems dans la conception et la simulation, Cap’Tronic dans l’électronique et l’industrialisation, le CFM dans l’instrumentation et la métrologie et enfin ASTE dans la validation et la durabilité. Au sein de l’ASTE, dont la mission est de fédérer une filière afin de faire gagner à nos membres technicité et compétitivité par la mise en commun des savoir-faire et des expériences, nous travaillons pour recenser et faire connaître les moyens et les capacités de nos membres. Cette action essentielle, coordonnée et soutenue par une politique publique « industrielle », permettrait de faire gagner au tissu économique français l’agilité et la résilience recherchées… comme cela a été le cas de l’action de Cap’Tronic* 1 en faveur des appareils respiratoires ! D.LG : Comme je l’ai déjà expliqué précédemment, les nouveaux besoins exprimés depuis déjà quelques années et poussés par la crise renforcent la place d’organisations comme la nôtre. Mais 1 cf. encadré Exemple du rôle d'une association du secteur électronique – Cap’Tronic – en situation de crise En mars 2020, la France a eu besoin pour ses hôpitaux de produire en urgence de nouveaux respirateurs afin de faire face aux besoins engendrés par la pandémie du Covid-19. L’État a donc passé commande pour produire 9 000 respirateurs en un mois auprès d’un consortium d’industriels (Air Liquide, PSA, Valeo et Schneider Electric) reposant sur leur propre réseau de sous-traitants pour la fabrication des cartes électroniques. Sans surprise, la demande en électronique médicale a connu une forte augmentation avec la crise actuelle, ce qui a renforcé les difficultés pour sécuriser les approvisionnements pour les principales catégories de composants : électromécaniques, passifs et semi-conducteurs. Problème : Les délais d’approvisionnement des composants et la durée d’acheminement par transporteur ont rendu la fabrication difficile avec des lignes de production à l’arrêt par manque de composants, alors que le besoin était aussi urgent que vital. L’INTERVENTION EXPRESS DE L'ASSOCIATION CAP’TRONIC À la demande d’un de ses partenaires en quête de composants indispensables à la poursuite de la fabrication des respirateurs, Cap’Tronic a été sollicitée. L'association a alors participé à la recherche de composants disponibles immédiatement et a questionné à son tour et de manière ciblée, son réseau d’entreprises : EMS (Electronic manufacturing services), bureaux d’études et autres fabricants de produits, afin de contribuer à cet effort national. L’initiative a donné un sérieux coup de main à ce partenaire avec plus d'une centaine de contacts en 48h et une vingtaine de contributeurs mobilisés disposant de composants en stock et prêts à livrer dans l'urgence même par transporteur privé pendant le week-end, ce qui a permis d'assurer une production dès le lundi. ESSAIS & SIMULATIONS • N°141 • mai - juin 2020I13

Copied successfully!

Essais et Simulations - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.essais-simulations.com