Views
4 years ago

Essais & Simulations n°133

  • Text
  • Essais
  • Simulation
  • Simulations
  • Mesure
  • Banc
  • Permet
  • Mesures
  • Conception
  • Domaine
  • Moyens
Spécial Eurosatory : Quels moyens d’essais pour la défense ?

Essais

Essais et modélisation En application Suspension par des amortisseurs à câble d’un onduleur en condition de séisme Pour assurer la protection contre le séisme d’un onduleur utilisé au sein d’une centrale nucléaire, Socitec a proposé un système de découplage par amortisseurs à câble et justifié leur choix par calculs et essais de caractérisation. L’équipement complet a été qualifié au séisme chez Sopemea en février 2018. Voici les résultats de mesures obtenus et leur corrélation avec les calculs de définition. La catastrophe survenue à Fukushima en 2011 a provoqué une sévérisation de certains spectres de séismes pris en compte pour le dimensionnement des centrales nucléaires, en particulier pour le calcul de la tenue des équipements électriques permettant le bon fonctionnement du circuit de refroidissement. Revus à la hausse, ces niveaux atteignent parfois 10 ou 15 g, rendant ainsi impossibles les montages rigides ou des montages sur éléments souples tels que les boites à ressorts utilisées habituellement. Ces dernières ne permettent pas de garantir des durées de vie suffisantes au regard des nouvelles exigences prises en compte dans le domaine nucléaire (durées de vie supérieures à 50 ans). Il est donc nécessaire de trouver une solution alternative qui permette de protéger des séismes les différents équipements présents dans ces établissements tout en ayant une durée de vie suffisamment élevée. Cet article présente la mise en place d’une solution de découplage par suspension élastique assurant l’isolation d’un onduleur fabriqué par RIELLO UPS, depuis le choix du modèle de suspension jusqu’à la réalisation d’essais sismiques. Le choix d’une suspension adaptée La solution qui a été choisie pour cette application est l’amortisseur à câble. Le câble enroulé en forme de spire possède à la fois des capacités d’élasticité et d’amortissement importantes. Les spires ont de grandes capacités de déformation et la dissipation est assurée par le frottement interne des brins métalliques. Cette solution tout inox a une durée de vie identique au matériel et est insensible à la température, à l’humidité et aux agents chimiques. Figure 1 Modèle HH16-70 Ces amortisseurs permettent de filtrer fortement les séismes et de limiter les accélérations transmises à moins de 1 ou 2 g, garantissant ainsi la fonctionnalité de ces équipements après le séisme. Ce type de montage génère toutefois des débattements importants, de l’ordre de plusieurs dizaines de millimètres. Cela nécessite, lors de la phase de calcul, la prise en compte des non-linéarités dans les lois de comportement des amortisseurs. Une approche temporelle est de ce fait indispensable car les calculs harmoniques ne permettent pas la prise en compte des non-linéarités. Le modèle d’amortisseur choisi est le HH16-70, incliné à 45°. Cette inclinaison permet d’augmenter la capacité de débattement dans les suspensions et d’obtenir des caractéristiques de raideur identiques suivant les axes Y et Z (Figure 1). Modélisation non-linéaire de la suspension Le modèle dynamique de la suspension de l’onduleur évoqué précédemment a été réalisé avec le logiciel SYMOS ; ce logiciel permet de modéliser des équipements montés sur des amortisseurs représentés par des liaisons élastiques aux propriétés de raideur et d’amortissement non-linéaires. Différents types de modèles d’amortissement (visqueux, frottement sec, structural…) peuvent être intégrés afin d’obtenir assez facilement des modèles très élaborés. 28I ESSAIS & SIMULATIONS • N°133 • mai-juin 2018

Essais et modélisation Campagne d’essais et validation des calculs Figure 2 Modélisation SYMOS (gauche) - Modèle 3D (droite) Les amortisseurs à câble ont été intégrés en utilisant des caractéristiques de raideur non-linéaires issues de mesures et d’un modèle de frottement sec dont les paramètres ont également été identifiés à partir de caractérisations expérimentales. Le modèle utilisé est le modèle de Dahl, souvent utilisé et adapté à la friction de par sa simplicité et sa robustesse. La force de restitution d’un amortisseur est donc décomposée en une composante élastique et une composante dissipatrice fonction du déplacement dans l’amortisseur. L’onduleur conçu par RIELLO UPS a été qualifié en Février 2018 sur un excitateur électrohydraulique au laboratoire Sopemea situé à Vélizy-Villacoublay. Dans un premier temps, une recherche de fréquences de résonance est effectuée par un balayage sinus. S’ensuivent deux essais sismiques : le premier à niveau réduit de 50% et le deuxième au niveau nominal. Chacun de ces essais est réalisé suivant deux configurations : lors de la première, les axes OX et OZ sont excités simultanément. Lors de la deuxième, ce sont les axes OY et OZ (Figure 5). Figure 5 Dispositif d’essai L’excitation utilisée pour la recherche de fréquences est un balayage sinus dans la bande 1-55Hz et d’amplitude constante valant 0.2 g. Cette recherche a également été menée de manière numérique via Symos en effectuant un calcul transitoire pour chaque fréquence étudiée. La figure 6 montre la superposition calcul-mesure pour la recherche de la fréquence verticale. Figure 3 Essai de caractérisation des amortisseurs Figure 4 Courbes force-déflexion La bonne corrélation au stade de la recherche de fréquences atteste de la pertinence du modèle en raideur et en amortissement. Les signaux temporels synthétisés à partir des spectres de séisme ont été récupérés et utilisés en entrée du modèle Symos. Robuste, le modèle a une capacité à reproduire des accélérogrammes sur des signaux complexes. Performances de la suspension Un des objectifs de la suspension est de filtrer une partie des fréquences présentes dans le spectre d’entrée. Afin de valider la performance des amortisseurs au regard de cet objectif, les spectres de réponse des signaux d’entrée et de sortie ont été calculés. D’après les résultats obtenus à partir de mesures effectuées suivant l’axe Y, l’entrée est relevée sur la table d’excitation et la sortie au niveau du centre de gravité de l’ensemble suspendu. La fréquence de coupure est d’environ 2Hz. Cela signifie que la suspension permet de diminuer fortement les niveaux vibratoires correspondant à des fréquences supérieures à 2Hz, montrant ainsi la capacité des amortisseurs à câble à atténuer les secousses pouvant survenir lors d’un séisme. ● Erwan Smetryns, Jean-Pierre Tartary et Jean-Michel Courzereaux ESSAIS & SIMULATIONS • N°133 • mai-juin 2018 I29

Essais et Simulations - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.essais-simulations.com