Views
8 months ago

Essais & Simulations n°118

  • Text
  • Complet
  • Mesures
  • Thermal
  • Techniques
  • Capteurs
  • Capteur
  • Ainsi
  • Simulations
  • Septembre
  • Essais
  • Mesure
Le rôle des capteurs dans les essais

Maîtrisez et tracez vos

Maîtrisez et tracez vos essais en toute simplicité 1 Définir le banc d’essai Metroview2 Enceintes climatiques & thermostatiques Caractérisation et vérification des enceintes climatiques et 3 Positionner les sondes thermostatiques TM 2 Sélectionner les enceintes 5 Selon les normes FD X 15-140 et ISO 60068-3 (5,6,7 et 11) 4 Déterminer la plage des résultats Editer le rapport Tél : +33 (0)4 72 18 09 90 commercial@implex.fr www.implex.fr Essais & Simulations • SEPTEMBRE 2014 • PAGE 7

Actualités Entreprise et Marché Perspectives Un état des lieux de la DGA Depuis le lancement en 2008 de la révision générale des politiques publiques (RGPP), la Direction générale de l’armement (DGA), à l’image de l’ensemble du ministère de la Défense, a amorcé une évolution marquée par une déflation des effectifs et un recentrage sur le cœur de métier. Acteur majeur du monde des essais en France, il était important pour la revue Essais & Simulations de se pencher sur un organisme qui regroupe un nombre important de centres d’essais sur l’ensemble du territoire national. En avant-première d’un dossier spécial qui paraîtra dans le prochain numéro (n°119), voici un état des lieux de la DGA aujourd’hui. Née dans les années 50, à une période où l’État français, à l’issue de la Seconde guerre mondiale, a été confronté à la nécessité de donner une impulsion forte à l’ensemble du secteur industriel de l’armement, la DGA a traversé un demi-siècle d’histoire pour arriver en ce début de 21e siècle dans un contexte géopolitique assez différent de celui de ses débuts. Aujourd’hui la DGA est totalement intégrée au sein du ministère de la Défense et le Délégué général pour l’armement (DGA) est l’un des trois subordonnés du ministre avec le Chef d’état-major des armées (CEMA) et le Secrétaire général pour l’administration (SGA). Les missions essentielles de la DGA se déclinent suivant trois axes : • Préparer le futur des systèmes de défense, • Équiper les forces armées, • Promouvoir les exportations. Ses missions structurantes sont assurées grâce à des compétences uniques mises au service de l’État. Ainsi, dans son action de pilotage des opérations d’armement, la DGA possède une vision d’ensemble qui donne aux programmes complexes une cohérence globale dans un contexte de maîtrise des risques. La préparation de l’avenir est la mission originelle de la DGA. C’est grâce à un travail en étroite collaboration avec les forces qu’elle définit les systèmes d’armes futurs, détecte les technologies émergentes, oriente l’effort d’investissement de recherche, identifie les capacités technologiques et industrielles et enfin, développe les coopérations. À titre d’exemple, pour l’année 2013, en matière d’investissement pour la recherche, la DGA a : • investi 708 M€ dans les études amont (PEA), • financé 64 projets RAPID (régime d’appui aux PME pour l’innovation duale), 39 projets Astrid (Accompagnement spécifique des travaux de recherche et d’innovation défense) dont 11 incluant un partenaire PME, 140 thèses dont 4 en codirection franco-britannique, 14 projets FUI (Fonds unique interministériel). • s’est impliquée dans la stratégie nationale de recherche et a poursuivi son partenariat privilégié avec l’Agence nationale de la recherche (ANR), contribuant aux 9 « défis sociétaux » duaux pilotés par l’ANR et au défi Descartes sur l’autonomie énergétique. La DGA a soutenu au total 270 projets nouveaux en 2013 avec ses partenaires de la recherche (ANR, OSEO, DGCIS, Club Recherche Défense). La DGA apporte une contribution active au soutien à l’export, à travers l’animation et la coordination de l’action de l’État en liaison avec les états-majors et le réseau diplomatique. À ce titre, la DGA facilite la mission des industriels du secteur défense en apportant le soutien des forces lors de démonstrations dans les grands salons de défense. La DGA apporte également son soutien aux industriels de par sa grande connaissance de l’environnement de défense international, dans les différentes phases des projets. Dans le cadre de l’équipement des forces, la DGA est le partenaire incontournable des armées. Elle garantit la cohérence des systèmes d’armes, en assurant la maîtrise d’ouvrage d’environ 80 programmes d’armement qu’elle accompagne sur l’ensemble du cycle de vie. Le respect des Dans le cadre de l’équipement des forces, la DGA est le partenaire incontournable des armées. Elle garantit la cohérence des systèmes d’armes, en assurant la maîtrise d’ouvrage d’environ 80 programmes d’armement, qu’elle accompagne sur l’ensemble du cycle de vie. Le respect des coûts et des délais est la contrainte structurante pour l’action au quotidien des équipes de programme. Au niveau coopération, la DGA est un partenaire actif qui œuvre pour une construction européenne réaliste. Ainsi de nombreux programmes d’armement sont en cours ou au stade de projet avec nos partenaires habituels que sont le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie. Par ailleurs, le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN en 2009, a naturellement accéléré l’implication française dans l’organisation. Au total, la DGA est en moyenne impliquée chaque année dans plus de 80 accords internationaux. Essais & Simulations • SEPTEMBRE 2014 • PAGE 8

Essais et Simulations - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.essais-simulations.com