Views
9 months ago

Essais & Simulations n°118

  • Text
  • Complet
  • Mesures
  • Thermal
  • Techniques
  • Capteurs
  • Capteur
  • Ainsi
  • Simulations
  • Septembre
  • Essais
  • Mesure
Le rôle des capteurs dans les essais

Essais

Essais et Modelisation Avis d’expert Comment faire du PLM un levier de performance ? NextIS, société de conseil en processus métiers et Systèmes d’information, a organisé, fin mai 2014, une table ronde réunissant des industriels, tous secteurs confondus, dont l’aéronautique, l’automobile, l’énergie, la défense, le luxe, le transport, les composants, etc., ainsi qu’un représentant du ministère de l’Industrie, sur le thème du PLM et de la performance. Philippe-Henri Leroy (PSA) est également intervenu pour faire partager sa vision des processus et de leur importance. Voici un condensé de la table ronde et des échanges qui en sont ressortis. De quelle performance parle-t-on ? Les problématiques et les succès sont souvent ramenés à l’outil, alors qu’il faudrait parler, en premier lieu, des performances de l’entreprise et de retour sur investissement. Pour ce faire, il faut intégrer la chaine de valeur et s’aligner sur la stratégie de l’entreprise (coût, time to market, qualité, etc.). Pour NextIS, toute démarche PLM mérite une approche en trois axes : une approche structurée pour le pilotage de la Performance, une approche BPM (Business Process Management), comme base de tout travail sérieux sur la performance, le tout supporté par une démarche de Transformation pour appuyer l’ensemble et piloter la phase de déploiement Un cadre méthodologique : Une feuille de route stratégique (FRS) qui définira précisément la méthodologie à suivre pour réaliser les objectifs fixés, qui tiendra compte des moyens et des ressources qui permettront de converger vers le résultat final. A tout moment du projet, il faudra mettre en place une recherche systématique des liens de cause à effet entre les divers objectifs dans l’entreprise. L’apport déterminant d’une approche processus (BPM) Mettre en place une solution PLM nécessite la mise en cohérence des processus. Il est donc nécessaire de les écrire. « L’écriture des processus est le seul moyen de garantir la compréhension sans équivoque des besoins métiers, explique Fayçal Mehrez, manager et associé de NextIS. Nous pourrions dire en résumé : Pas de performance sans objectifs clairement affichés ; Pas d’objectifs sans indicateurs et mesures objectives et fiables ; Pas de mesures fiables sans processus clairement établis, partagés et utilisés. » Performance des processus. C’est Philippe-Henri Leroy (PSA) invité de NextIS à cette table ronde, qui est venu témoigner de l’importance de la structuration des processus. « Il n’y a pas de performance sans processus bien établis », déclare-t-il en introduction. Le sujet est lancé… Le processus doit être considéré comme un produit, avec son propre cycle de vie : il est composé d’un propriétaire et d’un livrable ; il adresse une chaine de valeur et doit s’adapter au projet et aux process. Il faut, comme dans tout cycle de vie, concevoir, analyser, tester et mettre en production ou recycler un processus. Voilà pour la définition de base. Et Philippe-Henri Leroy d’ajouter : « le PLM prend en compte les livrables, il faut donc lui associer les processus. Pour ce faire, il faut définir un langage de modélisation standard utilisé et partagé par tous ; un référentiel com- PLM : de quoi parle-t-on exactement ? Cycle de vie et création de valeur par le management des processus d’entreprise… Un vaste sujet auquel doit répondre une démarche de PLM (Product Lifecycle Management) ou, en langue de Molière, « gestion du cycle de vie du produit ». Sa mission : réunir toutes les informations intervenant tout au long de la vie d’un produit, et pas seulement lors de son développement ou sa mise sur le marché du produit, mais au-delà, jusqu’au recyclage ; le but étant de pouvoir assurer le suivi complet du produit, en suivant les cinq étapes clé de son cycle de vie : le développement (de l’idée au produit fini), le lancement, la croissance, la maturité et le déclin, jusqu’à son recyclage et sa destruction. En connexion avec d’autres systèmes d’informations affectés au service de maintenance par exemple (avec la GMAO – gestion de la maintenance assistée par ordinateur) ou l’atelier de production (avec la GPAO) ou encore le bureau d’étude, le bureau des méthodes, le service Achats, Facturation et relation clients, SAV etc., et plus globalement avec l’ERP de l’entreprise, le PLM permet à l’information de circuler plus facilement entre les différentes entités et services qui interviennent sur le produit. Véritable atout concurrentiel, il permet d’identifier les points à améliorer, en particulier en termes de qualité du produit, et de réduire les temps de développement et de time to market. De même, l’information étant rationnalisée et sa circulation optimisée, cela facilite les recherches et l’historique concernant les différentes étapes de développement du produit, générant ainsi des gains de temps considérables. Essais & Simulations • SEPTEMBRE 2014 • PAGE 29

Essais et Modelisation mun. Le PLM ne pourra contribuer à la performance de l’entreprise que si l’on prend en compte, à la fois, la performance de l’outil et celle du processus. La gestion des deux parallèlement et de façon alignée est gage de cohérence, une condition sine qua non pour une démarche PLM aboutie. On manage le cycle de vie produit/service avec le PLM, on manage le cycle de vie des processus avec le BPM. » Marché Siemens toujours leader du classement de CIMdata Le classement dédié aux logiciels PLM voit Siemens se maintenir dans le peloton de tête pour la 13e année consécutive. L’un des leaders du PLM est également bien présent dans le cercle fermé des instigateurs de l’usine numérique ; et l’acquisition récente de LMS n’y est pas pour rien. Siemens a annoncé avoir été reconnu par CIMdata Inc., société de conseil et de recherche en management de premier plan, en tant que leader du marché des solutions de gestion collaborative du cycle de vie des produits (cPDm) pour la 13e année consécutive et du marché de l’usine numérique pour la neuvième année consécutive. En outre, suite à l'extension de sa gamme de logiciels de simulation et d'analyse, et à l'acquisition de LMS, Siemens est passé à la quatrième place du classement des leaders de ce marché, gagnant six places par rapport au classement de 2013. Annoncées au début du mois, les conclusions du rapport de CIMdata sont fondées sur des données et une analyse approfondies du marché mondial des solutions PLM. Un classement de bon augure pour l’éditeur Siemens PLM Software a été classé dans la catégorie cPDm de CIMdata avec son offre Teamcenter, portfolio de logiciels de gestion numérique du cycle de vie des produits les plus utilisés dans le monde, tandis que les logiciels Tecnomatix sont les plus utilisés sur le marché de la fabrication numérique. Siemens répond aux besoins du marché de la simulation et de l'analyse avec un riche portfolio d'offres CAE incluant les modules des logiciels NX, NX Nastran, Femap ainsi que l’ensemble de l’offre LMS, qui intègrent des solutions de simulation mécatronique avancée intégrant la modélisation et les tests dans le processus de développement des produits. « Comme l'indique notre rapport, Siemens affirme son leadership sur les marchés du cPDm et de l’usine numérique, et a considérablement augmenté son chiffre d'affaires sur le marché de la simulation et de l'analyse, a déclaré Peter Bilello, président de CIMdata. Ce classement est de bon augure pour Siemens, car ces trois catégories essentielles continuent de se développer et nos données indiquent que cette croissance va se poursuivre dans l'avenir ». Des prévisions de croissance pour les quatre années à venir Pour les cinq prochaines années, CIMdata estime que l'ensemble du marché du cPDm devrait atteindre un taux de croissance annuel moyen de 5,2 % et représenter environ 6,2 milliards de dollars en 2018, sur la base de tous les investissements réalisés dans les logiciels et les services. Selon CIMdata, le marché de l’usine numérique devrait également continuer à se développer à un taux de croissance annuel moyen de 4,1 % sur cinq ans, tandis que le marché de la simulation et de l'analyse devrait se développer à un rythme soutenu et régulier, avec un taux de croissance annuel moyen de près de 8 % sur cinq ans. Globalement, le marché des solutions PLM standard devrait continuer à se développer en constituant un secteur d'investissement stratégique pour les entreprises, CIMdata prévoyant un taux de croissance annuel moyen de plus de 4,8 % sur cinq ans. « Siemens continue de renforcer son leadership dans les domaines clés du PLM, y compris sur les segments du cPDm et de l’usine numérique », déclare Chuck Grindstaff, président-directeur général de Siemens PLM Software. « Ce nouveau rapport illustre notre engagement à conserver notre leadership dans ces deux domaines, qui sont très importants pour nos clients. En outre, en nous concentrant sur la simulation et l'analyse, nous aiderons nos clients à faire face à la complexité croissante des nouveaux produits de demain », ajoute-t-il Essais & Simulations • SEPTEMBRE 2014 • PAGE 30

Essais et Simulations - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.essais-simulations.com