Views
6 months ago

Essais & Simulations 150

Spécial Automobile L’automobile connaît une nouvelle révolution… mais quel impact pour les essais ?

ESSAIS ET MODÉLISATION

ESSAIS ET MODÉLISATION PERSPECTIVES Simulation numérique et métavers : cette révolution technologique pour l’industrie de demain Si les investissements dans le métavers ont doublé en un an (entre 2021 et 2022) atteignant les 120 milliards de dollars, ce bouleversement technologique pourrait générer jusqu’à 5 000 milliards de dollars d’ici 2030. Avec la promesse d’un revirement d’un autre genre, toute industrie confondue, la prochaine décennie sera celle de toutes les transformations, y compris dans l’ingénierie. Cependant, au-delà de l’effet de mode, quels sont exactement les domaines d’application et les potentiels du métavers au regard de cette industrie ? Le métavers est le futur. C’est un véritable pont entre le réel et le virtuel. Pour les ingénieurs, cela ouvre des possibilités infinies en termes d’innovation. Imaginez un peu si Aristote, Isaac Newton ou Marie Curie avaient mis des lunettes de réalité étendue et avaient pu accéder aux idées et aux connaissances de leurs contemporains sans restriction ? Ainsi, si l’accès aux données était moins « exclusif », les noms potentiels qu’on pourrait ajouter à la liste des grands inventeurs et scientifiques seraient nombreux ! Le métavers agit ainsi comme un facilitateur de la collaboration entre ingénieurs, bien au-delà des frontières nationales. Les jeunes talents ainsi que les professionnels chevronnés du monde entier ont désormais la possibilité d’accéder, notamment, à une base de données potentiellement infinies de jumeaux numériques. Une des réponses clés aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés et qui exigent la coopération concertée de l’ensemble de la communauté internationale. LA NOUVELLE ÈRE DE L’INGÉNIERIE OU PLUTÔT PROTOTYPAGE 2.0 ? Plus concrètement, explorons un peu plus le plein potentiel du métavers. Auparavant, les ingénieurs développaient des produits innovants à l’aide de prototypes dont ils observaient les propriétés et le comportement dans le monde réel. Le cycle, qui comprenait le temps de la conception, de la construction, de test et d’adaptation, était chronophage et coûteux. Plus récemment, ils se sont mis à utiliser le prototypage virtuel qui leur permet de concevoir le produit sur ordinateur à l’aide d’outils de CAO (Conception Assistée par Ordinateur). Grâce à des simulations CAE (Computer-Aided Engineering ou ingénierie assistée par ordinateur en français) ils reproduisent le comportement du produit dans différentes conditions de fonctionnement. Ainsi, son cycle s’en tient à la conception, l’analyse, l’adaptation et la construction. Aujourd’hui, la question qui se pose est celle de l’évolution de ce processus à l’ère du métavers. Jusqu’à présent, le résultat d’une simulation était visualisé sur un écran d’ordinateur en 2D. Avec la réalité augmentée et la réalité virtuelle, un ingénieur peut désormais visualiser et expérimenter le produit en 3D. De cette manière, le métavers réunit les mondes réel et virtuel avec des simulations Réalité Augmentée/ Réalité Virtuelle et CAO et CAE dans le cloud. Cela donne aux ingénieurs la possibilité d’aller bien plus loin dans l’exploration de nouvelles idées et, dans le même temps, de les mettre en application de manière concrète et vivante. Des systèmes entiers et des systèmes de systèmes peuvent être simulés ouvrant des possibilités de création de mondes virtuels pour tester et optimiser de nouveaux produits qui leur sont précisément adaptés, à l’exemple du véhicule autonome. DE NOUVELLES DIMENSIONS COLLABORATIVES Auparavant, une conception technique était créée par un ingénieur à l’aide d’un outil de CAO sur un seul poste de travail. Une fois la conception terminée, celle-ci était soumise à un analyste qui utilisait la simulation CAE sur un autre poste de travail. Tout retour d’information entre l’analyste et l’ingénieur était effectué de manière séquentielle une fois les modifications terminées. Avec le métavers, RA/RV et CAO et CAE dans le cloud, plusieurs ingénieurs peuvent concevoir ET analyser ET apporter des améliorations itératives comme s’ils travaillaient sur le produit réel dans le monde physique (à la différence qu’il se trouve dans le monde 32 I ESSAIS & SIMULATIONS • N°150 • Septembre - Octobre - Novembre 2022

ESSAIS ET MODÉLISATION virtuel et qu’ils peuvent profiter de ses nombreux avantages). Ils peuvent également exécuter des scénarios de simulation impossibles à mettre en place dans le monde réel, tels que des températures ou des accélérations extrêmement élevées. Dans la mesure où le métavers peut fusionner des données provenant de plusieurs sources, l’environnement de test virtuel du produit devient beaucoup plus riche et plus précis. Pour en revenir à l’exemple du test de véhicule autonome : si vous n’avez que le véhicule, vous pouvez tester le système luimême, mais vous ne pourrez pas tester ses performances dans des conditions réelles. Vous aurez besoin d’autres véhicules, de réseaux routiers, de conditions météorologiques et même d’une couverture 5G pour rendre la simulation significative. Tout cela peut être implémenté dans le métavers avec une grande précision et une efficacité accrue NOUS N’EN SOMMES QU’AU DÉBUT ! Actuellement, nous sommes dans une phase encore très précoce du métavers, où ce sont principalement les géants de la technologie qui mènent la danse. Meta y a d’ailleurs investi pas moins de 10 milliards de dollars sur l’année 2021. Mais cela changera rapidement dans les années à venir, d’autant que 95% des chefs d’entreprises s’attendent à un impact positif sur leurs industries ces dix prochaines années, selon un récent rapport. Cette même étude met l’accent sur les secteurs les plus rentables dans le métavers d’ici à 2030. S’ils concernent principalement des secteurs grand public, comme l’e-commerce et l’e-learning qui devrait s’imposer respectivement avec 2 600 milliards de dollars et 270 milliards de dollars, l’industrie B2B devrait elle aussi accélérer la cadence. En effet, la richesse disruptive du métavers tient précisément dans sa nature décentralisée et les options potentiellement infinies qu’il offre pour de nouvelles applications. Historiquement, nous devons les plus grands progrès technologiques à une infime minorité d’élites. Le métavers révolutionne l’accès et la collaboration autour d’idées innovantes à partir de zéro. Si les génies individuels et les équipes ont toujours excellé dans le passé, il est désormais temps de mutualiser cette myriade de potentiels, de voir grand, et de concrétiser ces ambitions ● Dr. Prith Baneerje Directeur technique chez Ansys ESSAIS & SIMULATIONS • N°150 • Septembre - Octobre - Novembre 2022 I33

Essais et Simulations - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.essais-simulations.com