Views
7 months ago

Essais & Simulations 143

DOSSIER : Spécial Hydrogène : Au centre de toutes les attentions, la filière se structure !

ESSAIS ET MODÉLISATION

ESSAIS ET MODÉLISATION Déplacements normaux calculés pour le point d’application n°8, visualisation maillage le montre la Figure 2 pour une charge de 10N sur le point d’application n°8. On retrouve bien une localisation du déplacement maximal juste sous l’indenteur, au point d’application de l’effort. Le gradient de déplacement normal observé se retrouve pour les 13 points d’applications testés. On notera que l’information obtenue grâce au traitement par corrélation d’images est bien plus riche que celle qu’auraient pu fournir des jauges de déformation par exemple, dans la même configuration. À titre d’illustration, pour chacun des essais réalisés, la CIN fournit 6000 mesures de déplacements 3D, pour chacune des images considérées. L’intérêt de la mesure de champ est bien ici de permettre le recalage du modèle éléments finis sur toute la zone d’intérêt, et non seulement sur un ensemble fini de capteurs ponctuels. Champ de déplacements normaux à 10N issu de la corrélation d’images (à gauche) et de la simulation (à droite) Il demeure possible d’extraire des résultats ponctuels de la mesure de champ à l’aide de capteurs de déplacements virtuels positionnés sur le maillage (Figure 3). Cela permet d’afficher rapidement les déplacements de points caractéristiques d’intérêt de la pièce dans le temps. L’intérêt principal demeure la comparaison de champs. Celle-ci est réalisée par l’export des résultats au format hwascii, afin de permettre une comparaison rapide avec les résultats de simulation dans la suite Hyperworks, utilisée par Faurecia dans le cadre de cette étude (Figure 4). Cette mise en vis-à-vis des champs de résultats expérimentaux et simulés permet de vérifier que la simulation était bien prédictive pour l’essai considéré. On vérifie ici que l’application d’un effort de 10N produit un déplacement autour du point d’application de l’effort dans une zone de la bonne dimension. Ceci permet de valider que la loi de comportement employée dans le modèle éléments finis pour décrire le comportement du tableau de bord permet une estimation très satisfaisante du champ expérimental mesuré en termes d’amplitude. La forme du champ près de l’indenteur en particulier est très bien anticipée par le calcul. Loin de l’indenteur en revanche des écarts plus importants (mais très largement sous l’incertitude de mesure) sont mis en évidence. La comparaison des résultats réalisée directement dans le repère de la simulation amène un second point d’amélioration potentiel : si les points d’application de l’effort sont reportés avec précision sur la pièce par le biais de pastille, le positionnement de la pièce sous l’indenteur se fait manuellement, ce qui peut introduire un écart entre le point d’application théorique de l’effort et le point d’application réel. Le traitement des champs expérimentaux fourni par la CIN permet de retrouver le point d’application réel de l’effort, et donc de mettre à jour la simulation afin d’appliquer l’effort au plus près de la réalité du terrain. Ainsi, on enlève une partie de l’incertitude liée à l’application des conditions aux limites dans le calcul comme source d’erreur dans l’interprétation de la comparaison. Ceci peut être automatisé pour l’ensemble des points d’appuis d’effort testés. ● Capteurs de déplacements sur le logiciel EikoTwin DIC et résultats des différents capteurs en fonction du temps Dubreuil L., et al. "Mesh-based shape measurements with stereocorrelation." Experimental Mechanics 56.7 (2016): 1231-1242. 10 IESSAIS & SIMULATIONS • N°143 • décembre 2020 - janvier 2021

ESSAIS ET MODÉLISATION ANALYSE Convaincre les industriels de se renforcer dans l’export control La recrudescence des infractions entre clients, fournisseurs et leurs autorités de tutelle est au cœur des relations import-export et représente un danger croissant pour toute entreprise souhaitant exporter, en particulier des produits d’origine US. Or dans le domaine de l’export control, les entreprises françaises ne sont pas prêtes alors même qu’elles risquent gros, allant jusqu’à des sanctions pénales et à des arrangements très coûteux. Toute entreprise qui désire exporter doit s’informer en permanence des législations en cours C’est une de ces affaires qui glacent le sang. Un fait divers qui prend des allures extrêmes, à la manière d’un thriller américain ou d’un roman d’espionnage. Le 15 avril 2013, Frédéric Pierucci, ancien dirigeant de la division Chaudières d’Alstom, est arrêté par les agents du FBI à l’aéroport JFK. Il est ensuite transféré, menottes aux poignets, au siège du FBI à Manhattan devant un procureur qui l’envoie directement en prison de haute sécurité à New York où il séjournera 14 mois avant de rempiler pour 16 mois de cellule. Ce n’est qu’en 2015 qu’il sera définitivement libéré, période qui coïncide avec le rachat par l’Américain GE du pôle Énergie d’Alstom qui produit des turbines destinées aux activités nucléaires, comme il le détaille dans un entretien accordé au site Thinkerview intitulé « Alstom : la France vendue à la découpe ? » 1 . Ce scénario noir paraît certes particulièrement extrême. Pourtant, il n’est qu’un exemple parmi les multiples condamnations 1. (https://www.youtube.com/watch?v=dejeVuL9-7c) dues aux mesures de rétorsion imposées par les États-Unis au nom du principe d’extraterritorialité de la loi américaine en dehors de ses frontières. Il est surtout l’image des redoutables méthodes employées par l’administration de Washington, et tout particulièrement depuis la présidence de Barack Obama. Son successeur Donald Trump lui donnant depuis 2016 des allures de guerre commerciale ouverte contre la Chine et bien d’autres pays mentionnés dans une espèce de « black-list » régulièrement mise à jour, et dont les conséquences n’épargnent en rien l’Europe. DE PLUS EN PLUS DE SOCIÉTÉS IMPACTÉES PAR L’OBLIGATION DE CONFORMITÉ À L’EXPORT CONTROL Mais au-delà des pays dans le viseur de l’administration américaine apparaît une réglementation beaucoup plus officielle à laquelle chaque entreprise qui désire exporter doit se conformer. Très composite, cette réglementation diffère d’un pays à l’autre. Elle concerne d’une part le pays d’origine, la zone d’échange et le pays de livraison. En d’autres termes, une entreprise française ESSAIS & SIMULATIONS • N°143 • décembre 2020 - janvier 2021 I11

Essais et Simulations - Découvrez la revue en version digitale

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.essais-simulations.com